Madagascar 2019-2020

En Février 2019, trois tycoons de l’industrie, Elon Musk (Tesla ou SpaceX) , Jeff Bezos (Amazon) et Richard Branson (Virgin) ont apporté un soutien de poids au projet OneWeb, qui a pour ambition de créer une véritable constellation pour connecter le monde entier à Internet, avec le lancement programmé de près de 900 satellites d’ici 2025.
Projet fou de milliardaires mégalos, ou promesse d’un Internet pour tous à moindre coût quel que soit le point du globe, l’histoire le dira.
Bill Gates avait prédit un ordinateur pour tous le siècle dernier, et on connait la suite avec l’avènement du PC et des tablettes. On peut parier que là encore l’innovation et des moyens colossaux devraient rendre possible ce nouveau défi technologique.
En attendant des jours meilleurs pour les oubliés du numérique, des ONG travaillent au quotidien pour faire de ce futur fantasmé une réalité immédiate. C’est le cas de Telecoms Sans Frontières, ONG internationale, spécialisée dans l’urgence et les situations de crise, présente depuis 20 ans sur tous les points chauds du globe et l’association parisienne IT CUP qui lève des fonds via un
tournoi de football annuel à Clairefontaine, pour aider au développement du numérique dans les pays les plus pauvres.

Dès 2007, un premier centre était ouvert au Niger à destination des ONG et des populations locales. Cinq autres centres allaient suivre au Nicaragua, en Birmanie, au Burkina Faso et à Madagascar.
Le point commun de tous ces pays ? L’extrême pauvreté des populations, et un manque total d’infrastructure, condamnant des millions de personnes à vivre dans des conditions précaires, sans
perspective d’évolution et loin du progrès et de l’accès à la connaissance qu’offrent aujourd’hui les nouvelles technologies.
Ces centres IT CUP ont été les précurseurs de ce que pourrait permettre dans un avenir proche OneWeb.

Un centre IT CUP pour quoi faire ?
Dans le centre ITCUP de Miarinarivo, village situé à 3 heures de la capitale malgache, près de 700 jeunes viennent chaque mois, surfer sur le net, apprendre en s’amusant et se divertir avec Youtube. Comme  un adolescent parisien ou de Shanghai puisque la révolution numérique est aujourd’hui mondiale. La seule différence c’est que le jeune malgache n’a pas d’autre solution que le
centre IT CUP pour se relier au monde connecté et participer à la grande messe globale. Bien sûr des opérateurs locaux comme Telma ou Orange œuvrent pour développer la 4G, mais les connexions restent encore trop chères dans un pays où 80% de la population est endessous du seuil de pauvreté de 1,25$/jour et où le taux de pénétration d’Internet est inférieur à 4%, d’après les dernières études statistiques de l’UNICEF.

Ce centre ouvert en 2012, n’a cessé de s’améliorer offrant toujours plus d’activités aux enfants comme le suivi scolaire pour les écoles primaires, collèges et lycées, ou la formation à la bureautique à destination des lycéens et maitres exploitants (agriculteurs). Des clubs techniques ont aussi vu le jour, comme l’apprentissage de la programmation via le langage Scratch pour les enfants, ou un club cartographie pour développer la communauté Openstreetmap, logiciel libre pour constituer une base de données géographique  mondiale. Des formations seront ainsi assurées afin de numériser les principaux points d’intérêt de la région via des récepteurs GPS et enrichir la première carte numérique de Madagascar.
Tout en regardant vers l’avenir, la direction de Telecom Sans Frontières qui gère ce centre, continue de proposer des activités plus traditionnelles comme des contes malgaches avec support vidéo, ou des jeux de société avec apprentissage via tablettes.

Un des facteurs clefs de succès de ce centre ITCUP a été l’embauche de jeunes malgaches comme Irinah la responsable du centre, jeune femme de 28 ans pleine de dynamisme et d’initiative. Irinah parle non seulement malgache et francais, mais aussi HTML ou WordPress. Sa présence rassure les enfants mais démontre aussi que des compétences locales existent et peut servir d’exemple aux centaines de jeunes filles qui fréquentent le centre.
En espérant que des milliers d’autres Irinah suivront et ouvriront de nouveaux  horizons à ce pays dont plus de la moitié de la population a moins de 20 ans, avant que le projet OneWeb ne mette

Madagascar sur l’orbite de l’Internet  mondial.

Karim Mokhnachi
Président IT CUP
www.itcup.org
* l’IT CUP est une association de loi 1901, qui lève des fonds pour lutter contre les exclusions et la pauvreté dans
le monde via le développement des nouvelles technologies.